Je parcourais l'historique du 5e Groupe à la recherche du lieu où se trouvait Roger NONY alors qu'il écrivait à sa mère en 1916, lorsqu'un nom attira mon attention : celui du lieutenant CORVISART.

Il est mentionné qu'il était lieutenant au 19e BCP en juin 1916 et qu'il fut tué en mars 1918 à Grivesnes.

Une connexion au site Mémoire des hommes permet de retrouver deux fiches et de découvrir ses prénoms : Georges, Jules, date et lieu de naissance.

archives_D471490R

Georges CORVISART était né à Épinal en 1888. Les archives des Vosges permettent la consultation des fiches matricules. Malheureusement la sienne est assez silencieuse : elle a été reconstituée.

Elle indique qu'il était dessinateur et demeurait à Madgebourg (Allemagne) lors de son recensement. Une mention " Aj en 1909 " (probablement pour ajourné), puis Bon à Berlin m'a incité à faire une demande aux copains du forum pages 1418.

Son acte de naissance porte une mention marginale relative à son mariage avec Andrée NIDERGANG en 1913 à Paris.

En complément, une visite sur le site Gallica-BNF permet à la lecture du Journal officiel d'apprendre que Georges CORVISART fut par la suite nommé Capitaine, toujours au 19e BCP, et qu'il fut cité à l'ordre de l'armée le 31 août 1917 (Journal officiel) :

Le 5 mai 1917 a vigoureusement enlevé sa compagnie à l'assaut ; après avoir atteint son objectif s'est établi dans une position de flanc particulièrement délicate. S'y est maintenu avec ténacité pendant deux jours jusqu'à ce qu'il fut relevé malgré un bombardement presque incessant et les nombreuses attaques de l'infanterie ennemie.

crx_g1

Fait Chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume (JO du 15 mai 1919) :

Rude soldat. Chef énergique, volontaire et tenace, depuis quatre ans sur la brèche, et depuis quatre ans d'une merveilleuse fermeté au feu ; maintes fois cité. Le 31 mars 1918, au cours d'une violent attaque ennemie, exécute un bond en arrière pour dégager sa gauche ; puis sa compagnie bien en main, repart en avant, donnant l'exemple, payant de sa personne, tombe mortellement frappé d'une balle à la tête sur le front de sa compagnie. A été cité.

legion_1

Avant de passer au 19e BCP, il commandait la 1ère section du 2e peloton du 5e groupe lors de la mobilisation générale et venait du 25e BCP.

Son nom figure dans les livres d'or de Paris 10e et de Dijon.