Un Chasseur Cycliste dans la Grande Guerre

20 septembre 2016

Entre Estaires et La Gorgue

Le 9 octobre 1914 le 3e peloton va occuper la barricade à la sortie est d'Estaires.

A 12 heures, le 2e peloton se rend au Trou-Bayard et en revient à 18h.

Le 1er peloton reste en réserve à La Gorgue qui est bombardée.

A 19 heures, le 2e peloton reçoit l'ordre d'aller occuper la Ferme de Bretagne par la route de Sailly. Il y est remplacé au bout d'une heure par de la cavalerie et revient cantonner à La Gorgue.

Le 1er peloton, quant à lui, est en avant-garde au pont est d'Estaires.

 

Posté par dunbarne à 05:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 septembre 2016

Comité national du monument aux morts des groupes cyclistes

Un lettre circulaire datée du 11 novembre 1938 semble avoir été adressée à l'ensemble des communes françaises en vue de l'érection d'un monument à la Mémoire des chasseurs cyclistes.

comité_monument

Ce document est illustré d'un triptyque représentant le défilé de la Victoire probablement à Strasbourg, et porte la signature en fac similé du Général MORDACQ, Président d'honneur du comité du monument.

Il était accompagné d'un formulaire de mandat-carte vierge, portant les coordonnées du Trésorier et Vice-président du comité : Robert SOIRAT.

En février 1939, un article de la Voix du Combattant relevé sur Gallica BNF invitait les anciens chasseurs cyclsites à se procurer des carnets de vignettes afin de faire face à l'augmentation du coût des matériaux et de la main-d'oeuvre.

L'inauguration de la partie en bronze était annoncée pour l'été prochain [1939], mais le second conflit mondial arrivait....

Le 10 janvier 1940, la rubrique nécrologique du journal " Le Temps " annonçait le décès de Robert SOIRAT, président de l'Union nationale des anciens chasseurs cyclistes (groupes cyclistes de chasseurs à pied et alpins).

Posté par dunbarne à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 septembre 2016

Steenwerck, Doulieu

Le 8 octobre 1914, au petit jour, le ravitaillement peut avoir lieu.

Le 5e Groupe est à l'avant-garde avec la 3e Brigade de Dragons. Départ à 5h30.

Le 3e peloton, sous les ordres du Lieutenant MULLER appuie une reconnaissance et pousse jusqu'à la station de Steenwerck.

steenwerck

 

Au cours d'une reconnaissance du 16e Dragons sur Bailleul, le Lieutenant DESMONS est tué, surpris par le feu de cyclistes allemands. Ceux-ci attaquent Blanche-Maison. Les Dragons se replient sur Doulieu.

archives_E070300R

A 16 heures, une vive fusillade se décclenche sur Doulieu. Il semble s'agir de cavalerie à pied et de cyclistes ennemis progressant tous complètement dissimulés et ne tirant que de très près.

A 17 heures, le Lieutenant-colonel ROBILLOT fait appeler les cyclistes pour les porter par le Verrier sur le flanc de l'attaque subie par la 3e BD. Par sutie d'une erreur de transmission, l'ordre ne parvient pas jusqu'au Lieutenant MULLER.

Le 1er peloton est en réserve à 1 km au sud de Doulieu.

Le 2e peloton vers Rue, Pruvost et Doulieu, puis aux Trois Fermes. A la nuit il cantonne à la sortie de Neuf Berquin, où il tient une barricade.

Le 3e peloton rentre à Gorgue minuit et le 1er peloton cantonne à la gare.

Posté par dunbarne à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 août 2016

Mise sur pied d'un escadron cycliste

Le JMO de la 5e Division de cavalerie indique à la date du 7 octobre 1914, que la Division est rattachée provisoirement au 2e Corps de cavalerie qui a pour mission de s'opposer à toute incursion au sud de la Lys, d'une grosse force de cavalerie signalée la veille dans la région Armentières - Hazebrouck.

[...] Les cyclistes de la 5e DC sont mis à la disposition de la 6e DC à Estaires, où ils arrivent à 9 heures, pour aider cette division à couvrir les rassemblements des divisions et le débouché ultérieur au Nord de la Lys [...]

Après celle du 22e Dragons, une nouvelle formation de cavaliers cyclistes (un escadron) est mise sur pied sous les ordres du Capitaine Jean GREPPO du 29e Dragons.

Le détachement GREPPO s'illustrera au cours du  mois d'octobre 1914.

Nnommé Chef d'escadron au 9e Cuirassiers, Jean GREPPO sera tué le 9 juin 1918 dans l'Oise au Plateau St Claude, près d'Élincourt.

archives_F600791R

Il est inhumé dans la nécropole nationale de Thiescourt.

Posté par dunbarne à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 août 2016

Estaires sur la Lys (59)

7 octobre 1914

Vers 8 heures, le Groupe reçoit l'ordre de se rendre à Estaires-sur-la-Lys par Béthune, Lodon et la Gorgue.

Il y arrive vers 11 heures et fait la grand halte sur la place.

estaires place

estaires place2

Vers 12 heures il doit remplacer à la garde des ponts les escadrons de la 7e Division de cavalerie :

  • le 3e peloton garde le pont est,
  • le 2e le pont de la Meuse,

estaires_pont

  • le 1er le pont de la Lys à la Gorgue.

Les éléments qui ne sont pas de service s'installent au cantonnement d'alerte lorsque l'ordre arrive d'aller cantonner à Vieille-Chapelle où on arrive à 23 hueres après une marche très difficile.

Les avants-postes sont pris par la cavalerie.

Posté par dunbarne à 05:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 août 2016

Georges CORVISART (1888 - 1918)

Je parcourais l'historique du 5e Groupe à la recherche du lieu où se trouvait Roger NONY alors qu'il écrivait à sa mère en 1916, lorsqu'un nom attira mon attention : celui du lieutenant CORVISART.

Il est mentionné qu'il était lieutenant au 19e BCP en juin 1916 et qu'il fut tué en mars 1918 à Grivesnes.

Une connexion au site Mémoire des hommes permet de retrouver deux fiches et de découvrir ses prénoms : Georges, Jules, date et lieu de naissance.

archives_D471490R

Georges CORVISART était né à Épinal en 1888. Les archives des Vosges permettent la consultation des fiches matricules. Malheureusement la sienne est assez silencieuse : elle a été reconstituée.

Elle indique qu'il était dessinateur et demeurait à Madgebourg (Allemagne) lors de son recensement. Une mention " Aj en 1909 " (probablement pour ajourné), puis Bon à Berlin m'a incité à faire une demande aux copains du forum pages 1418.

Son acte de naissance porte une mention marginale relative à son mariage avec Andrée NIDERGANG en 1913 à Paris.

En complément, une visite sur le site Gallica-BNF permet à la lecture du Journal officiel d'apprendre que Georges CORVISART fut par la suite nommé Capitaine, toujours au 19e BCP, et qu'il fut cité à l'ordre de l'armée le 31 août 1917 (Journal officiel) :

Le 5 mai 1917 a vigoureusement enlevé sa compagnie à l'assaut ; après avoir atteint son objectif s'est établi dans une position de flanc particulièrement délicate. S'y est maintenu avec ténacité pendant deux jours jusqu'à ce qu'il fut relevé malgré un bombardement presque incessant et les nombreuses attaques de l'infanterie ennemie.

crx_g1

Fait Chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume (JO du 15 mai 1919) :

Rude soldat. Chef énergique, volontaire et tenace, depuis quatre ans sur la brèche, et depuis quatre ans d'une merveilleuse fermeté au feu ; maintes fois cité. Le 31 mars 1918, au cours d'une violent attaque ennemie, exécute un bond en arrière pour dégager sa gauche ; puis sa compagnie bien en main, repart en avant, donnant l'exemple, payant de sa personne, tombe mortellement frappé d'une balle à la tête sur le front de sa compagnie. A été cité.

legion_1

Avant de passer au 19e BCP, il commandait la 1ère section du 2e peloton du 5e groupe lors de la mobilisation générale et venait du 25e BCP.

Son nom figure dans les livres d'or de Paris 10e et de Dijon.

Posté par dunbarne à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 août 2016

Changement à la tête de la 5e Division

Le 6 octobre 1914, le Groupe est avec la 5e Brigade légère.

Il traverse Verquin, Verquigneul, Labourse, Sailly, Annequin, Vermelles et va occuper une position en avant de la fosse 7 de Béthune, face à Loos et à Lens.

Le 3e peloton est détaché à droite de la fosse 5.

Violente canonnade vers le Nord, le 21e CA arrive vers 15 heures.

La Division de cavalerie se retire vers le nord-ouest ; le Groupe par Mazingarbe, Noyelles-les-Vermelles, sur Sailly-Labourse où il passe la nuit.

Le Général Louis ALLENOU (1858-1923) prend le commandement de la 5e DC par interim.

Posté par dunbarne à 05:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 août 2016

Emparez-vous d'Aix-Noulette

L'historique du 5e Groupe ne précise pas avec quelle unité de Dragons il était en position le 5 octobre 1914.

Une recherche du côté des JMO des Brigades apporte la réponse.

Après avoir été aux côtés de la 3e Brigade de Dragons le 4 octobre 1914, le 5e GC est avec la 7e Brigade de Dragons comme le mentionne le JMO de cette unité :

[...] 5 octobre 1914
La Brigade se rassemble à la Fosse [n°1 d'après le JMO du 29e RD] et rompt vers 8h recevant l'ordre, avec le Groupe cycliste et la batterie d'artillerie de s'emparer d'Aix-Noulette.[...]

Deux pelotons cyclistes et la section de mitrailleuses de la Brigade abordent Aix-Noulete par la grand'route, le 29e Dragons formant colonne d'attaque de gauche ayant en tête les escadrons LAGROLET et CLAIRE, le 9e suit, en réserve.

Attaque de la crête après préparation par l'artillerie. Le Capitaine CLAIRE et le Lieutenant DE GIRONVILLE disparaissent au cours du combat.
A la nuit, les deux colonnes d'attaque se replient sur la voie ferrée que la Brigade quitte à 21h30 pour aller cantonner à Verquin à minuit.

Le JMO du 29e Dragons indique : " deux sections des chasseurs à pied cyclistes sont également mises à disposition du Capitaine PORTALIS qui reste en position jusqu'à 23 h. "

Il est également mentionné que c'est à la suite d'une mauvaise compréhension de l'ordre donné par le Colonel au 2e escadron que le Capitaine CLAIRE et le Lieutenant ROUILLON DE GIRONVILLE ont été tués.

Au lieu de mettre pied à terre et d'attaquer à pied, le 2e escadron s'est porté à l'attaque à cheval. D'autres victimes sont tombées :
Maréchal des Logis APPERT, les Brigadiers DE BOISGELIN, ROGER, GATÉ, BARDOT, le Brigadier maréchal TÉTARD, les cavaliers VAITÉ et JACQUEMARD.
Deux blessés sont également à déplorer le Maréchal des logis PACAUD et le Brigadier BOURDET.

Les débris du 2e escadron furent ramenés en arrière de Bully-Grenay par le Sous-lieutenant FOUQUES DUPARC.

Posté par dunbarne à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 août 2016

Accrochage près d'Aix-Noulette

Le 5 octobre 1914, après avoir passé la nuit à Noeux, le Groupe en position derrière l'escadron d'avant-garde, se dirige vers Aix-Noulette.

A Petit-Sains, des coups de fusil partent du chemin de fer : deux sections se déploient à droite et à gauche de la route et vont occuper le passage à niveau.

Des cavaliers allemands s'enfuient.

Le section BERNARD (1er peloton) descend dans Aix-Noulette, où elle est violemment bombardée.

Le reste du 1er peloton occupe le passage à niveau.
Le 2e peloton occupe les environs du pont à 600 m au nord-est et le 3e est en réserve à Petit-Sains.

L'ennemi occupe les crêtes au-delà de Bully-Grenay et canonne la route et la voie ferrée. Le Groupe reste en position jusqu'à 21 heures, il forme ensuite l'arrière-garde de la Division de cavalerie, qui se retire à Noeux.

Le 5e GC va cantonner à Vaudricourt à 23 heures.

Posté par dunbarne à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juillet 2016

Roger NONY, 2e peloton du 5e GC

Une carte-lettre expédiée par le Chasseur Roger NONY à sa mère 14 septembre 1916, indique qu'il était affecté au 2e peloton.

Nony_5gc

Il se plaint de ne pas recevoir de nouvelles et précise que cela n'a rien de surprenant en raison des déplacements : les lettres mettent plus de temps à parvenir.

Cette carte écrite le 14 septembre 1916, porte un cachet à date Trésor et postes du 15 septembre, secteur postal 18.

Elle est arrivée au Bouscat (33), trois jours plus tard le 18 septembre.

La partie correspondance porte la mention suivante, rappelant les consignes en matière de correspondance :

Nony2_5gc

Roger NONY semble avoir survécu au conflit : son nom ne figure pas dans la base mémoire des hommes.

Posté par dunbarne à 05:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]